Antonio Fiori : Grandes vacances…C’est le moment de lâcher prise !

En effet, le transport est au carrefour des politiques économiques, sociales, et environnementales de demain. 2015 s’annonce sous de bien meilleurs auspices : la faiblesse du rouble, qui a perdu 40% face à l’Euro, rend aujourd’hui la Russie très bon marché pour les touristes européens. Les branches pourront ainsi continuer à être très prescriptives en la matière. En principe, le taux de la cotisation à l’assurance-chômage est de 6,4 %. Mais force est de constater que cernés par trois grands pays en stagnation ou déclin démographique, l’Espagne, l’Italie et surtout l’Allemagne, les grands groupes ont de fortes raisons de penser leur stratégie hors de nos murs et de prendre le large. Cette affaire de l’union des marchés de capitaux a en réalité débuté comme un slogan, inventé par l’un des proches du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Le mythe de la « grande nation » arrogante ne tient pas plus que celui du Uhlan allemand voulant faire sauter le pont d’Iéna en 1815 à cause de son nom rappelant une défaite prussienne…

Quant aux « élites parisiennes bornées » dénoncée par l’article en conclusion, elles jouent certes un rôle négatif. En effet, l’optimisme croît plus vite chez les Européens des pays les plus riches ou au sein des catégories les plus diplômées ou les plus aisées. Enfin, si l’intelligence procède comme elle fait parce qu’elle veut unir, et si elle cherche l’unification simplement parce qu’elle en a besoin, notre connaissance devient relative à certaines exigences de l’esprit qui auraient pu, sans doute, être tout autres qu’elles ne sont. L’état joyeux causé par une bonne nouvelle, ou par quelques verres de vin, n’est-il pas le même ? Tout processus d’intégration, qu’il soit européen ou mondial, implique un ajustement des préférences et des lois nationales. Nous avons encore une autre raison de repousser cette hypothèse. Sur cette prémisse ils ont bâti le syllogisme suivant :« Toute richesse vient du travail ;Donc la richesse est proportionnelle au travail. La gauche européenne peut préconiser cela, mais cela ne sera sûrement pas dans l’intérêt de l’Europe. Les égoïsmes nationaux subsisteront et les « agendas » des différentes nations continueront à diverger. Une solution très abordable pour améliorer la satisfaction au travail et fidéliser l’employé est l’aménagement d’horaires flexibles avec la possibilité de travailler à la maison et donc de fournir un environnement permettant d’allier travail soutenu et vie de famille. Elle est de nature spatiale, et elle a une utilité sociale. Elle aurait pu être encore très jolie, si elle l’avait voulu. Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent ». Dans le modèle actuel, la main d’oeuvre est de basse qualité, peu payée et doit le rester car le  »coût matières » l’exige. On pourrait bien sûr souligner les velléités réformatrices nouvelles de certains protagonistes, entraînant des tensions avec des organisations plus conservatrices. Sans attendre le feu vert des autorités françaises, nous invitons tous les contribuables concernés à présenter des demandes de remboursement.