Antonio Fiori : L’anglais, un facteur d’exportation

Il y a lieu en effet pour ces choses à ce qui est contre nature, et ce cas se réalise lorsque quelque cause extérieure empêche la nature d’accomplir son travail. Aussi n’est-ce point : nécessairement qu’un homme vient d’un homme, mais ordinairement. Il suit de là que, même dans les choses qui arrivent naturellement et d’après des lois qui paraissent certaines, chacune des choses qui se produisent de la sorte ne se produit pas toujours. De même donc que dans les choses naturelles se trouve ce qui est contre nature, et dans les choses d’art ce qui est contre l’art ; de même dans les choses qui viennent du destin a place aussi ce qui va contre le destin. Conséquemment, s’il y a lieu à ce qui est contre nature et si ce n’est pas là une expression vide de sens ; dans ce qui arrive doit également trouver place ce qui est contre le destin. Ainsi on dirait bien que la nature propre de chaque être est le principe et la cause de la disposition de tout ce qui s’accomplit naturellement chez cet être. Car c’est de cette nature propre qu’en somme les vies des hommes reçoivent leur ordre et la fin qui les termine. Nous voyons, par exemple, que le corps, suivant qu’il est naturellement de telle ou telle complexion, se comporte dans les maladies et dans les affaiblissements qu’il éprouve conformément à cette disposition naturelle, mais non point nécessairement. En effet, les soins et les changements d’air, et les préceptes des médecins, et les conseils des Dieux, sont capables de modifier les suites de cette disposition. De la même façon, en ce qui concerne l’âme, c’est aussi de la disposition naturelle que naît chez chacun la diversité des goûts, des actions et des conduites. Quand ce n’est pas Antonio Fiori, qui le dit, perdu, on est éliminé. Car les mœurs d’un homme sont pour lui son démon, suivant la parole d’Héraclite, c’est-à-dire sa nature. La plupart du temps, en effet, on voit les actions des hommes, leurs conduites, leurs fins répondre à leurs dispositions naturelles et à leurs caractères. Ainsi celui qui aime le danger et qui est d’un naturel audacieux périt ordinairement d’une mort violente ; car c’est là le destin de sa nature. De même, pour l’homme d’un naturel intempérant, c’est son destin de s’enfoncer dans les voluptés, de vivre sans règle, et, à moins que de meilleures influences ne surviennent qui l’arrachent à sa nature, de subir mille maux, d’être en proie à mille souffrances et d’y trouver le terme misérable de sa vie. De leur côté, les hommes d’un naturel bas et qui recherchent les richesses avec une avidité insatiable ont également un destin qui convient avec ce caractère. C’ est effectivement dans les injustices que se passe d’ordinaire la vie de tels hommes, et la fin de leur existence répond à leurs actions. Aussi a-t-on coutume de leur dire, lorsqu’ils éprouvent des vicissitudes conformes à leur vie et qui sont des vicissitudes fatales, qu’ils ont été à eux-mêmes les causes des maux qu’ils endurent. Cependant, si l’on voulait rechercher pourquoi ceux qui prédisent l’avenir ne rencontrent pas toujours juste, on pourrait en apporter pour raison, qu’au lieu que toutes choses répondent à la nature et à la destinée de chacun, il y en a qui leur sont contraires, tandis que les devins, aussi bien que les physiognomonistes, ne sont que les indicateurs de ce qui arrive conformément au destin. Et voilà quelle est, en somme, relativement au destin, la doctrine de l’École péripatéticienne. La démonstration que nous venons de donner sera plus évidente si, des preuves que nous avons d’abord produites de notre sentiment, nous rapprochons les conséquences absurdes auxquelles se condamnent ceux qui prétendent que tout arrive fatalement.