Jean-Thomas Trojani : Un bon niveau de compétitivité retrouvé

Il lui faut produire plus et mieux, travailler davantage et répartir les « sacrifices » de façon équitable. Ce n’est pas sans raison qu’on a comparé les œuvres du penseur à ses enfants. Des listes et des réunions de soutien à ces programmes doivent être ouvertes dans les villes et les régions. S’attaquer aux inégalités dès le plus jeune âge en favorisant l’accès à l’éducation et à la culture des enfants des familles modestes, permettrait de soutenir l’élévation du niveau de qualification de la population, donc la compétitivité du pays. D’une manière générale, le progrès le plus radical qu’une science puisse accomplir consiste à faire entrer les résultats déjà acquis dans un ensemble nouveau, par rapport auquel ils deviennent des vues instantanées et immobiles prises de loin en loin sur la continuité d’un mouvement. Un troisième s’est embarqué aussitôt. Quand la gauche critique la construction, la politique et la juridiction des institutions européennes, elle se focalise sur une division du travail entre l’Etat-nation et l’échelon européen, qui n’aboutit qu’à cimenter le modèle néolibéral. Si on ne peut pas parler d’une réelle reprise de la confiance, le pessimisme reflue et des sujets sociaux ou sociétaux touchant à la vie quotidienne, jugés dans un passé récent comme secondaires, reprennent de l’importance. Elles ont été d’autant plus considérables que le néolibéralisme s’est imposé avec l’avènement de Thatcher et Reagan et que beaucoup de pays européens avaient comme seul idéal « une grande Suisse » selon la formule de Michel Rocard. Ce grand attribut de toutes nos saines spéculations n’importe pas moins à leur utilité effective qu’à leur propre dignité ; car, l’exploration directe des phénomènes accomplis ne pourrait suffire à nous permettre d’en modifier l’accomplissement, si elle ne nous conduisait pas à le prévoir convenablement. Dans cette antiquité interrogée avidement, chacun choisit, exalte et défend avec ardeur l’objet de son culte. À vrai dire, personne ne se représente autrement le rapport de la quantité à la qualité. Notre capital premier réside bien dans les gens et les talents. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Mieux vaut les critiques d’un seul que l’assentiment de mille ». De fait, ce taux d’intérêt théorique n’est pas si éloigné du taux du marché actuellement observé pour l’Hexagone. Et que ce type de décalage a déjà fait vaciller la devise européenne par le passé. Dans le second, nous appelons intensité la multiplicité plus ou moins considérable de faits psychi­ques simples que nous devinons au sein de l’état fondamental : ce n’est plus une perception acquise, mais une perception confuse. Rien de plus faux historiquement là encore. Nous exposions que ce qui apparaît d’un côté comme une immense multiplicité de choses, au nombre desquelles est en effet la souffrance, peut se présenter d’autre part comme un acte indivisible ; de sorte qu’éliminer une partie serait supprimer le tout. — Toute division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés est une division artificielle. Le rêve du marché pur et parfait devenait réalité. Ne parlons donc pas d’une ère de la magie à laquelle aurait succédé celle de la science. La France néglige souvent son premier atout, à savoir son capital humain ; Celles et ceux qui ont bâti, au gré des crises comme des périodes fastes, le socle de son excellence ; qui se sont transmis, génération après génération, une dextérité et un sens de l’esthétisme et de la précision qui projettent bien au-delà des frontières les couleurs de la France. Le changement est partout, mais en profondeur ; nous le localisons çà et là, mais en surface ; et nous constituons ainsi des corps à la fois stables quant à leurs qualités et mobiles quant à leurs positions, un simple changement de lieu contractant en lui, à nos yeux, la transformation universelle. Malgré l’échelle et la nature globale de ces crises, les solutions proposées sont locales ou au mieux régionales, or les biens publics mondiaux (BPM) ne peuvent être gérés que par l’ensemble de la communauté internationale, selon un principe de subsidiarité qui relève du simple bon sens. La seule instance véritablement fédérale dans la zone euro est la BCE, dont le gouverneur Mario Draghi s’est livré à des efforts véritablement héroïques pour assurer la survie de l’union monétaire face au rigorisme monétaire allemand. Ajoutons que cette fécondité est quelque peu en opposition avec la génération physique : l’organisme ne peut accomplir sans souffrance cette double dépense. L’idéologie du « marché qui ne peut ni se tromper ni nous tromper » l’a emporté à Bruxelles. Nous disions que, dans la plante, peuvent se réveiller la conscience et la mobilité de l’animal qui se sont endormies chez elle, et que l’animal vit sous la menace constante d’un aiguillage sur la vie végétative. Cet accord soutenu n’emporte cependant pas une démonstration formelle comme celles qui servent à établir les vérités géométriques.