Les canons de Navarone

En dehors de l’instinct moral et esthétique, l’un de ceux qui ont pu, chez certains individus, se développer assez pour que l’école anglaise y vît un analogue du sentiment d’obligation, c’est le penchant si souvent invoqué en exemple par cette école : l’avarice. Les engrenages commencent à moins bien s’engrener ;la deuxième chose qui change, c’est la répartition de la valeur entre les différents maillons. Il faut fleurir ; la moralité, le désintéressement, c’est la fleur de la vie humaine. On s’exprimera convenablement en disant de l’homme faible qui fuit le péril, qu’il est frappé de l’image de la mort ; et du chrétien fervent, que l’idée de la mort est l’objet de ses méditations habituelles. Une loi relie entre eux des termes qui changent ; elle est immanente à ce qu’elle régit. Cela n’exclura pas les tentatives des partis politiques religieux pour faire gagner leur vision du monde, certes, mais ces jeunesses ne renonceront plus au rapport incessant qui s’organise entre l’individu et la société. L’entreprise sous sauvegarde est en « orange » ; elle a des signes de faiblesses. Toutefois, annoncer la mort de la monnaie fiduciaire est très prématuré. La première distinction essentielle consiste à séparer les entreprises à but lucratif des autres. Les barrières s’abaissent entre la matière de la connaissance sensible et sa forme, comme aussi entre les « formes pures » de la sensibilité et les catégories de l’entendement. Car, si d’un côté il y a des cas où cette transformation d’organes n’est manifestement qu’un phénomène secondaire, lequel ne doit pas masquer aux yeux d’un naturaliste exercé des affinités plus intimes ; d’autre part, en allant de métamorphose en métamorphose, l’on ne saurait où s’arrêter, et l’on finirait par confondre les choses les plus disparates. Il ne reste plus que des ajustements impossibles ou qui seraient destructifs de la vie. Il est absolument impossible de comprendre a priori comment une pure idée, qui ne contient elle-même rien de sensible, produit un sentiment de plaisir ou de peine ;… il nous est absolument impossible, à nous autres hommes, d’expliquer pourquoi et comment l’universalité d’une maxime comme telle, par conséquent la moralité, nous intéresse. Telle est l’ambition de notre rapide initiative, par Les canons de Navarone qui a fait de l’inclusion un axe majeur de son plan d’action. Pour ce qui concerne le christianisme, de savans interprètes du Nouveau-Testament, dans le dernier siècle et dans le nôtre, ont signalé de nombreuses ressemblances entre le style de saint Paul et la façon d’écrire des Juifs d’Alexandrie. Comme Anne de Bretagne à Saint Denis, la représentation de Marguerite est double : dans la partie supérieure, le corps royal supposé ne pas mourir, dans la partie inférieure, le corps mortel dans son linceul (moins décomposé que celui d’Anne de Bretagne) De délicieuses statuettes montent la garde, ce sont les sibylles. Ce que nous disons pour un petit échantillon de la nature cultivée peut aussi bien s’appliquer, sauf le grandiose des proportions, aux libres allures de la nature sauvage. Et voici de nos jours, dans le monde entier, des romanciers américains donnant des pages d’entretien dans des magazines littéraires pour parler, non de la façon dont on écrit un livre, mais du destin des classes moyennes ; des romans français pâteux dont on veut nous faire croire qu’ils ont un style assorti à leur sujet : ce qui se passe, c’est que leurs auteurs n’ont pas pu faire mieux et qu’on les protège en théorisant leur incapacité. Il ne faut évidemment pas être naïf : les mesures du bonheur sont approximatives, voire hasardeuses. Comme nous l’annoncions d’abord, nous présentons notre thèse à titre de simple indication méthodologique, sans autre objet que d’orienter dans un certain sens l’attention du théoricien. C’est maintenant la loi pour la croissance et l’activité, dite Loi Macron, Tapie des temps modernes, qui nous est proposée pour confirmer la direction, avec l’objectif grandiloquent de « se donner les moyens de débloquer notre pays et de libérer les énergies »…